RÉFLEXION - Courir après le train jeudi 15 octobre 2015 17 h 45

On apprend, on vieillit, on grandit.

On est, on comprend et on change.

 

Y’a le moment où on se décroche un objectif de fou, où on veut l’accomplir dans l’instant qui suit. Où on se pense invincible. Où on pense que l’impossible n’existe pas.

 

On est prêt à tout défoncer, à tout prouver.

À faire plier les lois, à faire changer ce qui est acquis.

Prêt à traverser les ouragans, les inconvénients.

 

Après une embûche, on se dit qu’on est capable d’en surmonter une autre.

La deuxième se présente peu après, mais tout va. On est confiant.

Trois, pis quatre. Mais cinq, c’est trop.

Trop tard.

 

On met une croix sur tous les mauvais tournants.

Mais ça tourne malgré nous; Pas le choix, on doit bouger. Et pour ce faire, trois choix sont disponibles : Foncer, tourner, arrêter.

 

On fait quoi avec ça?


Chaque chose en son temps.

On ne peut pas courir plus vite que le train.

____________________
Caroline Maher
Blogueuse pour Bijoux Créations Milie