SANTÉ - 5 façons de rester motivé à l’entraînement mardi 29 août 2017 21 h 35

Je me présente, Marie-Eve Pelland, je suis physiothérapeute et fière défenseure des saines habitudes de vie. J’ai débuté la course à pied il y a environ 8 ans. Au début, j’étais HYPER motivée, j’ai commencé à courir en plein mois de janvier. Je me suis équipée de chaussures de course et de vêtements adaptés pour l’hiver et je suis partie. Je voulais courir un demi-marathon cette année-là. J’ai participé au 10km du défunt Demi-marathon Internationnal de Québec. J’ai adoré mon expérience. Je ne suivais pas de plan en particulier, je courais au « feeling » et selon les lectures que j’avais fait. J’étais disciplinée, mais pas trop. J’ai commencé à avoir mal au genou, la fameuse douleur de rotule du coureur débutant. J’ai dû cesser mon entraînement en lien avec ces douleurs et laisser tomber mon objectif de cet été-là. Moyen sur la motivation... J’ai ensuite essayé le Crossfit. C’était plaisant, belle communauté et pleins de challenges. Parallèlement, j’ai participé à quelques courses à obstacles (courses en montagne avec des obstacles de toutes sortes sur le parcours). Ces dernières m’ont menées à mon véritable amour : la course en sentier. J’ai fait plusieurs essais avant de trouver ce qui me convenait réellement. Depuis, c’est l’amour fou et je m’entraîne plusieurs fois par semaine. Il est difficile, je sais, de s’entraîner de façon assidue et ce pas juste pendant 3 mois. Je vous présente mes trucs pour rester motivée à s’entraîner pour espérer développer une passion pour l’activité physique. 

1. Pourquoi s'entraîner?

Avant toute chose, je crois qu’il est important de déterminer pourquoi on fait du sport. Pour certaines, ce sera pour la santé, pour d’autres, ce sera pour perdre du poids, passer du temps entre amis ou en famille, parce que ça fait du bien ou tout simplement parce qu’elles aiment ça. Il y a autant de raisons que d’individus, mais tu dois trouver TON pourquoi. Moi, perso, je cours parce que ça me fait du bien , au corps et à l’esprit. Être en montagne, dans le bois et dans les sentiers, ça me fait du bien, ça me permet de garder un équilibre physique et mental. Je reconnais les bienfaits que la course à sur mon humeur et plus souvent qu’autrement, je vais sauter dans mon linge de course, attacher mes espadrilles et aller courir. Pas besoin de sortir faire un 35km, mais au moins dépenser un peu d’énergie et avoir chaud. ÇA, ça fait du bien! Il y a tellement d’avantages à bouger, aucun médicament n’est aussi efficace que l’exercice, et ce toutes malades confondues. C’est assez pour avoir le goût de commencer non?  

 

 2. Trouves ce que tu aimes

Pour certaines, c’est les sports d’équipe, pour d’autres, c’est les sports individuels. Il faut essayer. Il faut trouver ce qui nous passionne. Pour ma part, je n’ai aucun talent avec le matériel... Les balles, ballons, raquettes ou bâtons, ça me fait peur. Je n’ai aucun « visou » et je suis complètement pourries pour toutes ces activités. Sans prôner la performance, j’aime avoir du plaisir dans ce que je fais et si je me sens vraiment poche, je n’ai pas de plaisir. J’ai essayé différentes choses avant de découvrir ce qui me faisait tripper le plus.  Le route pour s’y rendre valait la peine, je me suis faite pleins d’amis dans tout ce que j’ai essayé. Tu n’auras pas le goût d’aller à un cours de Zumba que tu n’aimes pas. Tu risques fort d’oublier ton match de badminton si tu n’y retrouve aucun plaisir. Trouve ce qui te passionne et ce sera facile de t’y appliquer et de poursuivre cette activité-là.

3. Se trouver un partenaire

Il n’y a rien de mieux qu’un/une partner pour rester motivée. J’ai plusieurs partenaires de course : des amis et mon chien d’amour. L’hiver, elle adore courir dans la neige, alors je l’attelle et on va courir ensemble. Sinon, les amis de course, c’est une source éternelle de motivation. Il y aura toujours quelqu’un prêt à aller au gym ou aller courir. Quand la motivation n’est pas au rendez-vous, appelle ta partenaire et allez suer ensemble! Encore mieux si c’est un sport d’équipe, l’équipe compte sur toi, tu n’as pas le choix de te présenter à ta pratique ou ton match! Sinon, l’effet de groupe est toujours intéressant. Il existe plusieurs groupes sur les différents réseaux sociaux ou encore des clubs (clubs de course entre autre), offert pour tous les niveaux de sportifs! Aussi, faire partie de la communauté de son sport aide à intégrer et maintenir ce dit sport à ta vie.  J’ai toujours hâte aux courses officielles pour soit voir les « amis de course » ou encore rencontrer plein de nouvelles personnes qui "trippent" autant que moi. 

4. S’inscrire à un évènement

Lorsque c’est possible (selon les activités sportives que tu auras choisies de pratiquer), s’inscrire à un évènement, une course, une compétition, un tournoi ou une activité spéciale, est une grande source de motivation. Tu mettras tout en œuvre pour bien réussir ton défi. En plus, ça te permet d’entretenir le côté plus social du sport, qui selon moi est un facteur essentiel pour rester motivée. Réaliser des défis, se challenger, ça permet de se dépasser et d’apprécier encore plus ce qu’on fait. Plus je cours de kilomètres, mieux je me sens (n’importe quoi n’est-ce pas?). Met la barre assez haute pour te permettre de te dépasser, mais pas trop pour ne pas te décourager.  

5. Le planifier

On le sait, dans la vie, pour tout réussir il faut planifier. Planifier ses repas, planifier ses sorties, planifier son budget, alors pourquoi ne pas planifier son entraînement? Depuis que j’ai un coach qui me planifie mes sorties de course et mes entrainements, il est beaucoup plus facile pour moi de l’intégrer à mes activités quotidiennes et professionnelles. Être inscrite pour un cours de yoga 2 fois par semaine, c’est beaucoup plus motivant que d’avoir 10 séances de yoga à prendre sur une période de 3 mois. Met le à ton agenda et fait le, point. Pas de : je n’ai pas le temps aujourd’hui, je vais faire autre chose... Selon Santé Canada, on devrait faire au minimum 2h30 d’activité physique d’intensité modérée à élevée par semaine... Je pense qu’il y a moyen de caser ça à quelque part, par coup de 10 minutes dans sa journée.  T’as pas le temps? Va marcher/courir 15 minutes sur l’heure du dîner, utilise les escaliers au bureau plutôt que l’ascenseur, va travailler à pied ou à vélo, sort courir pendant que les enfants font du vélo... Autant de solutions qu’il y a des problèmes.

 

Que ce soit la course, le yoga, la natation, le triathlon, le vélo, le soccer, le dodge ball ou la ringuette, l’important, c’est de s’amuser. Pas de fun, pas de motivation. Et souvient toi toujours que tu rends service à ton corps et à ton esprit lorsque tu bouges, gâte-le donc plus souvent!

____________________

Marie-Ève Pelland
Physiothérapeute et ultrarunner - Suivez-là sur Facebook
Blogueuse POP-UP pour Bijoux Créations Milie